(mes titres sont d'une spiritualité affolante, ces derniers temps)

Suite à l'écrasante demande qui m'a été faite ici (au moins deux) (oui, pour moi c'est écrasant) et vu que j'ai chopé la grippe et que par conséquent je suis clouée au lit avec la ferme interdiction d'en sortir (hormis quand l'Appel de la Nature me rappelle que je dois faire face à mon Destin), que les journées sont longues et que je me fais grave chier m'ennuie un poil, je vous livre aujourd'hui (roulement de tambours, suspens insoutenable, cris d'effroi du public en délire) :

Le rituel des Oignons de Yule ! (tadaaaa)

 

DSC05807
(2008, belle année où je faisais encore de belles photos) (soupir)

 

First things first, rendons à César ce qui aurait éventuellement pu lui appartenir, je n'ai pas inventé ce rituel (oui, je sens déjà votre incommensurable déception, mais, ainsi que l'a déjà glorieusement dit notre ami Daniel, je ne suis pas un héros, et si j'invente beaucoup de rituels aujourd'hui, celui-là est un vieux de la vieille, datant de l'époque où je n'inventais pas la poudre) (bon, je ne l'invente toujours pas, hein) (l'eau froide, à la rigueur) (mais tais-toi, Lyra !). Il s'agit à l'origine d'un rituel publié dans l'ouvrage "Sortilèges" de Nicola de Pulford (un des tout premiers livres de sorcellerie que ma mère m'avait offert pour mon anniversaire) (qui est franchement sympa, soit dit en passant) (le livre, hein, pas ma mère) (enfin ma mère aussi est sympa, mais vous vous en foutez) (breeeef).

Au début, je l'ai suivi à la lettre, et au fil du temps, tandis que je prenais un peu d'assurance et que je commençais à élaborer mes propres tambouilles qui marchent, je l'ai modifié pour en faire mon rituel à moi. Mais la base reste la même : trois bougies blanches et deux oignons, pour attirer la lumière du Soleil et les énergies positives (quelles qu'elles soient), tout en piégant dans les p'tits légumes les mauvaises influences de l'année écoulée. 

Voici donc comment, personnellement, je procède :

D'abord, il vous faudra rassembler :
* 3 bougies blanches (ou en cire d'abeille, j'ai tenté une année, c'est vraiment l'idéal)
* 2 petits oignons (variété indifférente) (de toute façon, il faut vous faire à l'idée, c'est un rituel qui pique les yeux)
* un long ruban rouge (ou une ficelle)
* du gros sel
* un smudge de sauge séchée (c'est à dire une botte de sauge liée bien serrée que l'on enflamme à la manière d'un encens) ou de la sauge séchée sur un charbon incandescent
* un athamé ou une bolline (un couteau quoi) (c'est pour éplucher les oignons)
* 2 ramilles de bouleau argenté

Le matin du solstice, alors que votre estomac ne rêve que de croissants-croissés plongés dans les volutes capiteuses d'un chocolat chaud fumant, allumez les bougies (personnellement je récite une petite bénédiction improvisée pour chacune en fonction des besoins et des événements de l'année écoulée) et pelez les oignons (vous sentez cette délicieuse odeur qui n'est pas sans rappeler le jus d'aisselles embaumant les vestiaires des salles de sport ? C'est plaisant, le matin à jeun, hein ?).
Personnellement, j'utilise mon athamé pour ce travail (je vois déjà les puristes hurler au scandale) tout simplement parce que je me sers beaucoup de cet outil pour dissoudre les influences négatives (donc je le trouve particulièrement approprié ici) (et puis je l'adore et il tranche comme un rasoir) (si, ceci est un argument valable).

Quand vos oignons sont tout nus, tout humides, que vos yeux commencent à chanter du Ella Fitzgerald et que vos doigts sont agréablement parfumés (sic), liez chacun avec une moitié de ruban/ficelle rouge en formant une croix (un peu comme du bolduc autour d'un paquet cadeau) et faites trois noeuds bien serrés. Allumez le smudge de sauge et imbibez les oignons de sa fumée. Laissez-le brûler dans un récipient adapté (pas un pot de yaourt en plastique qui fond, quoi). Passez les oignons dans la lumière et la chaleur de la flamme des bougies en récitant une bénédiction comme celle-ci (extraite du livre sus-cité) :

Esprits du passé et du présent
Tenez les esprits malins à l'écart
Faites régner l'harmonie et la joie
Dès le lever du jour.

Personnellement, je l'ai réécrite pour qu'elle soit rimée (j'aime les incantations/bénédictions/autres choses en -tion rimées), mais chacun fait comme il l'entend.

Puis, cachez un oignon à proximité de votre porte d'entrée, et l'autre près de votre porte de derrière (si vous en avez une) ou vers la fenêtre la plus opposée à la porte d'entrée. Je vous conseille vivement de les mettre dans de petits pots, boîtes ou sachets bien épais, si vous ne voulez pas que vos ouvertures sentent la même merveilleuse odeur que vos doigts (croyez-moi, vous ne voulez pas).

Maintenant, vos oignons vont absorber toutes les mauvaises influences stagnantes ou passantes dans votre maison, il ne vous reste plus qu'à les laisser faire le sale boulot (vous pouvez aller manger vos croissants, maintenant) (lavez-vous les mains si vous n'êtes pas fan des croissants à l'oignon dans le chocolat chaud).

Le livre conseille de les laisser jusqu'à la veille de Noël, je rouve ça trop court, et un peu dénué de sens. Personnellement, je les laisse en place 12 jours (les 12 jours de Yule) c'est-à-dire jusqu'à début janvier. Sentez-vous cependant libres de faire comme vous l'entendez.

Passée cette période, récupérez les oignons, prenez un peu de gros sel et sortez à l'extérieur (dans votre jardin, une forêt, un endroit que vous aimez ...). Il va falloir maintenant s'en débarrasser (sales petits oignons pleins de vilaines ondes pourries) après les avoir salés. Vous avez plusieurs options :

* L'option kamikaze (préconisée par le livre, mais franchement infaisable à moins d'avoir un crématorium à disposition) : les brûler (un oignon, ça brûle mal. Tellement mal qu'en fait, ça ne brûle pas du tout) (et ça fouette sévère).

* L'option spéléo (ma préférée) : les enterrer pour qu'ils se désagrègent dans la Terre qui absorbera leur négativité.

* L'option Titanic : les jeter dans un cours d'eau, pour que le courant les emporte (jamais tenté, mais pertinent).

Une fois que vous vous êtes occupés de vos oignons (j'essaie de la placer depuis le début de cet article celle-là) (la fièvre, les médocs, tout ça ...), rentrez chez vous et placez, à la place des oignons, deux petites ramilles de bouleau argenté (qui font le pont avec le sabbat suivant, Imbolc) que vous aurez préalablement passées dans la fumée de sauge.

Et Merry Yule à tous !