centre d'autel

Imbolc. C'est samedi prochain. Dans une semaine et demi, donc. Diantre. Je ne l'avais pas vue venir, celle-là !

Quel scandale, quand on sait que ce sabbat est un de ceux qui revêt le plus de sens et de puissance pour moi ... puisqu'il célèbre l'entrée dans le printemps (même si le cœur de l'hiver peut encore nous surprendre) (et vu la clémence du temps que nous avons eu jusqu'ici j'ai très peur d'un "hiver" glacial en mars - avril qui va zigouiller toutes les plantes) (et foutre en l'air le printemps, alors que j'aime tant cette saison, et que je n'en ai pas vu depuis 2012 ...), avec la pousse des perce-neige (mes chéris jolis), la naissance des agneaux (c'est pas juste trop mignon trop awwwwwwww un petit agneau nouveau-né qui se casse la gueule en galopant derrière un papillon ?), bref, le début du renouveau du retour de la renaissance.

C'est aussi la date à laquelle j'ai fait mon auto-initiation, donc bon, forcément, ça éveille quelque chose dans mon petit cœur racorni.
(Et puis on bouffe des crêpes. Des crêpes. Des CRÊPES. Bordel de merde).

J'ai quand même élaboré un petit programme, même si je suis bossue et handicapée depuis 3 semaines par un dos en compote et une sciatique d'enfer qui font de mon quotidien un océan de douleurs toutes plus surprenantes les unes que les autres (c'est assez rigolo de jeter un oeil horrifié dans son mouchoir en y cherchant une lombaire chaque fois qu'on éternue tellement l'impression d'expulser sa colonne vertébrale par le nez est réaliste). Du coup bon, même si le programme du médecin est clair (tu restes au lit et tu n'en bouges qu'en cas d'explosion nucléaire avérée) j'ai quand même essayé de me lever pour aller travailler (je suis débile) et du coup c'est devenu pire (quelle surprise) (franchement, parfois, je me déteste) (surtout quand je vois que c'est mon copain qui est obligé de me rattraper dans les escaliers - bon, il n'a aucun mérite pour ça, je fais du trois cm/h - et d'appeler mon employeur pour me garder clouée au lit et m'empêcher d'aller causer un génocide au volant de ma poubelle). 

Donc je reste au lit. Je pianote un peu sur le PC quand même (techniquement je n'ai pas trop le droit, mais avec un portable je peux le faire depuis mon lit, on va dire que c'est un deal nécessaire), je lit beaucoup et je cogite trop. Et je me suis donc aperçue, aujourd'hui, mercredi 22 janvier 2014, 23h17, que, oh, tiens, Imbolc, c'était dans 9 jours. Et merde.

perces neige

Bon, vous me connaissez depuis le temps, j'ai quand même fait quelques projets, même si je ne peux pas tous les réaliser c'est déjà quelque chose auquel je peux penser (entre deux "je suis une grosse chose inutile et interte" et un "oh merde, j'ai faim, mais le placard de la cuisine est telllllllllllement loin"):

.:. Un renouvellement de mes vœux, comme chaque année (voir lesquels j'ai respecté, comment, pourquoi, lesquels sont en berne, comment, pourquoi ...) (un petit bilan spirituel, quoi)
.:. Un rituel spécifique à Imbolc, pour obtenir un soutien professionnel (étant donné que je suis en pleine reconversion, ça me semble indispensable) (pitié, je veux tellement changer de boulot, pitiééééé)
.:. (Re)Charger mes cristaux lunaires, bougies vierges, outils de divinations et amulettes en argent à la lumière de la lune (il FAUT donc que mon dos soit au moins assez remis pour que je puisse étaler tout ça par terre). Oui, parce que si vous ne le savez pas, la lune d'Imbolc (quelque soit sa phase), a la propriété de purifier, charger tous les outils et cristaux lunaires et même consacrer les bougies vierges, à condition de les laisser exposés une nuit entière à sa lueur et de les ranger avant que le soleil ne se lève (il faut donc mettre un réveil vers 5h30, oui, un dimanche matin, ça pique très fort, mais avouez que purifier, charger et consacrer en dormant mérite bien ce petit sacrifice) (et puis vous pouvez aller vous recoucher ensuite) (personnellement je ne suis même pas sûre d'être vraiment réveillée quand je vais ranger mon bazar, vu l'état du "rangement" que je découvre le lendemain)

Et puis faire des crêpes. Plein de crêpes. Des tonnes de crêpes.
Et les tartiner de Nutella. Encore chaudes, pour que le Nutella fonde, coule, et en foute partout.
Et les manger. Jusqu'à la dernière.
Quoi ? Je suis végétarienne, il faut bien que je trouve mon cholestérol quelque part ...

DSC_0082