1619471_504904329627734_37242199_n

Il y a quelques temps, Löu (encore elle, oui, on va croire que je copie sur elle comme une mauvaise élève, alors que tout ça c'est de la faute de ces farceuses de Nornes tisseuses d'un destin tout tordu) parlait sur son blog d'un tarot qu'elle venait fraîchement d'acquérir, le Tarot Noir. Il faut dire qu'il m'avait tapé dans l'oeil aussi et que du coup il s'était retrouvé depuis un moment dans ma (longue) liste d'envies tarotesques chez tonton Amazon. Mais je le trouvais un peu cher. Donc j'avais attendu, même si le post de Löu agrémenté de ses photos avait réveillé la Bête Collectionneuse Avec Plein de Pattes Partout (BCAPPP) qui sommeille quelque part entre ma rate et mon occiput. 

Et puis ma colonne vertébrale a fait une rave party, un very bad trip fort sinueux (je vous ai assez bassiné avec mes histoire de dos à angle droit pour vous dégoûter à tout jamais de la trigonométrie) (je peux presque calculer la valeur du carré de mon hypoténuse maintenant), tout le monde a eu pitié du grand déchet pourri que je suis devenu pour l'espèce humaine, et les gens qui m'aimaient encore malgré ma démarche d'octogénaire paraplégique et ma tronche moisie qui n'a pas vu la lumière du jour depuis trois semaines (aaaaarrrrgggghhhh) m'ont consolée de mon triste sort en me faisant des cadeaux (comme quand j'étais petite, et que mon papa m'offrait un Petit Poney à chaque angine) (j'avais même eu le poney Princesse pour ma scarlatine). Mon amie sorcellerière et mon barbichu m'ont offert les deux tomes de la BD des Petits Poneys (angine à 6 ans, lombalgie à 27, même combat), ma maman m'a ramené une jacinthe pour sentir bon et amener un peu de nature dans ma chambre que je ne suis pas censée quitter (mais je suis une sale gosse très désobéissante), et mon papa m'a offert un ballotin de mendiants au chocolat à lait (parce qu'il trouvait le jeu de mot rigolo, le fourbe) et ... un Tarot. Et ce Tarot, c'était, je vous laisse le deviner (roulement de tambour, respirations contenues dans le public oppressé par le suspens et rendu fou d'attente pour la révélation tant attendue ...).

Le Tarot Noir.

La vie, c'est dingue.

Et c'est marrant, parce que ce n'est pas un jeu dont j'avais beaucoup entendu parler (bon, il est récent aussi, ceci explique peut-être cela), mais mon père a été interpelé par le sous-titre ô combien alléchant pour la médiéviste que j'étais tente de redevenir : "Imagerie médiévale populaire". Miam miam miam.

IMG_2633
 Le contenu du coffret. Miam miam miam miam miam
(pour ceux et celles qui se poseraient la question, NON, il n'est pas livré avec des bois de chevreuil et une fiole en métal, c'est juste pour la photo, hein)

Comme je vais faire une vidéo pour aller avec cet article je ne vais pas vous faire une review écrite très longue (là je suis en train de mentir, mais je ne le savais pas encore), mais pour ceux qui voudraient s'épargner ma voix de fausset et mon cou de poulet mal cadré, voici mes premières impressions :

- J'aime d'amour. Le coffret noir, sobre, le livret aux pages noires avec les textes en jaune-doré (ça m'a rappelé le très bon recueil des "Contes Macabres" d'Edgar Alan Poe (que j'aime d'un amour infini et déraisonné) illustré par Benjamin Lacombe (que j'aime d'amour aussi), où chaque conte est alternativement écrit en noir sur blanc ou en blanc sur noir). C'est d'un romantisme noir, gothique (mais dans le "vrai" sens du terme) (dont XIXème, pas mécheux qui vomit du métal dans un micro qui sature), précieux, atypique, et, fait un peu décalé mais indispensable pour toute bigleuse qui se respecte (suivez mon regard), je trouve ça très reposant à lire.
Les cartes sont un peu grandes, mais elles sont tellement belles que c'est un détail qui n'a que peu d'importance. Et leur tranche est dorée, bordel , DORÉE ! Et ça, vraiment, j'adore, ça fait soigné jusqu'au bout, précieux, comme les livres en cuir de chevreau de François Beauval.

- Les cartes sont superbes. Bon, pour connaître bien l'imagerie médiévale populaire (j'en ai bouffé pendant 5 ans), j'avoue que l'iconographie est plus proche de la Renaissance voire même du retour au gothique opéré au XIXème siècle par le mouvement romantique, mais vraiment je suis conquise. Il a un côté Tim Burtonien, oui, comme le disait Löu, mais pas seulement, je retrouve aussi du Elian Black'mor et du Carine M (je viens de lire l'Epouvantable Encyclopédie des Fantômes et punaise que ça m'y a fait penser !). C'est plus qu'un style, c'est une ambiance, une atmosphère qui s'en dégage. C'est sombre, macabre, morbide, mais tellement élégant, délicat, précieux. C'est un Dracula en cape de soie. Le glauque dans toute sa beauté dérangeante. Ce jeu est beau comme une gargouille. Tenez, regardez quelques lames :

IMG_2635
 (de gauche à droite et de haut en bas) Le Pape, La Lune, Le Diable, La Force, La Roue, L'Ermite, la Lame XIII et l'Etoile.

- L'iconographie est basée sur le Marseille, à quelques rares exceptions près (on retrouve le cavalier du Rider-Waite sur la carte du Soleil, les visages humains sur les chevaux du Chariot ne sont pas sans rappeler les Sphinx du Rider-Waite ...). Donc oui, c'est un Marseille, mais pas que !

- Quelques détails m'ont fait sourire (ils seront développés dans la vidéo) (si je tiens assise assez longtemps), comme les noms des concepteurs et la date de conception du jeu dans une bannière du deux de deniers (clin d'oeil aux devises présentes dans les bannières des arcanes mineurs des Tarots les plus anciens, comme mon cher Visconti-Sforza), le fait que les deux individus aux pieds du Pape soient des moutons (je le vois comme un conseil, de ne pas suivre un mentor aveuglément, tout sage qu'il soit), et plein de petites choses de ce genre qui me plaisent de plus en plus au fur et à mesure de cette découverte (ça se voit que je suis gaga ou pas ?).

- Le dos des cartes est très beau également, une fleur évoquant un chardon (j'ai pensé tout de suite à William Wallace, et donc à Mel Gibson en Kilt, je croix que j'ai vu Braveheart un peu trop souvent) dans une mandorle, forme de mise en valeur effectivement très prisée à l'époque gothique (utilisée énormément pour les Christ en Majesté, par exemple).

En conclusion, ce Tarot n'est pas un Tarot médiéval tel que l'on pourrait l'imaginer (en même temps, le terme est tellement vague, cette époque tellement complexe, son iconographie tellement riche et diversifiée), plutôt un Tarot gothique (toujours dans le sens historiographique du terme, hein, je ne dis pas que c'est un jeu pour adorateurs de l'utilisation abusive d'eye-liner noir qui bave) vraiment original et atypique, que les amateurs de l'art de cette époque aimeront voir réinterprété de cette façon avec une belle modernité.
Vraiment un gros gros coup de coeur. Je ne suis qu'amour.

Pour la review des cartes, leur iconographie et les sensations que j'en ai, j'ai la grande désolation de vous annoncer que vous allez devoir vous farcir ma tête coupée et ma voix digne de Jean-Michel Voidechiotte pour en savoir plus. Mes condoléances à vos oreilles.